Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




16 mars 2014

L'île de Phu Quoc

Samedi 15 mars :

Ce matin le ciel est entièrement couvert lorsque nous nous levons. Nous en profitons donc pour aller faire un tour à Duong Dong, la « capitale » de l’île de Phu Quoc. Cette ville abrite un port de pêche important. Beaucoup de bateaux sont au port car une des principales pêches de l’île, la pêche au calamar, se pratique de nuit. Avec toutes ces coques colorées (à dominante bleue), le tableau est particulièrement attractif malgré l’absence de soleil.







Sur la dernière photo des petits calamars sont mis à sécher. Une part non négligeable du produit de la pêche est ainsi mis à sécher (calamars, crevettes et poissons, toujours des petits individus), ce qui facilite grandement la conservation.

Après le port de pêche, direction le marché. Il est immense, installé dans la rue qui borde la rivière Duong Dong. On voit bien que nous sommes dans une ville côtière ; on y trouve tous les produits de la mer : poissons en tous genres et de toutes tailles (notamment des petits thons, des petits requins, des barracudas, des raies et une multitude de poissons colorés), calamars, crustacés (crabes, crevettes et tout un tas de coquillages, certains énormes).











Nous quittons le marché de Duong Dong avec l’intention de nous rendre à la plage de Bai Khem, une autre plage avec sable blanc et eau turquoise. Nous ne savons pas si nous pourrons y accéder car cette plage, située sur un (ancien ?) terrain militaire, serait, selon certains, interdite d’accès.

Pa facile de trouver la route, mais nous rencontrons des vietnamiens qui nous mettent sur la bonne voie. Personne ne nous indique que la plage serait interdite d’accès, c’est plutôt bon signe. Nous suivons un groupe de motos qui vont dans la même direction que nous. Tout le monde passe sans problème … sauf nous. Au moment de franchir une sorte de portail, une sentinelle surgit de nulle part nous arrête. Impossible d’aller plus loin ! Nous lui expliquons que tous les autres sont passés, pourquoi pas nous ? La réponse est claire : seuls les vietnamiens ont le droit d’aller à cette plage. Nous avons beau essayer de négocier, rien n’y fera, les ordres sont les ordres. Nous devons faire demi-tour. Tant pis !

Nous retournons donc (comme hier) à la plage de Bai Sao, mais cette fois côté sud. La plage est belle, mais moins qu’hier, il manque les cocotiers ! Le vietnamiens qui nous a guidé hier avait raison, c’est bien vers le plus beau secteur de la plage qu’il nous a conduit.




C’est le début de l’après-midi et le soleil est implacable. Quasiment impossible de sortir de dessous la « cahute » où nous sommes installés. Le vent se lève et avec lui les vagues. Il devient compliqué de se baigner tranquillement. Nous décidons donc de changer de côte. Puisque le vent souffle de l’est, la côte ouest devrait être plus abritée. Nous partons donc pour Long beach. La plage n’y est pas aussi belle, mais la mer est d’huile. Pas un souffle de vent, pas une petite vaguelette. Nous restons sur cette plage, seuls, jusqu’à la fin de la journée.