Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




27 mars 2014

D'Ho Chi Minh à Nha Trang en train

Jeudi 27 mars :

Ce matin nous quittons notre hôtel en taxi pour la gare où nous devons prendre notre train pour Nha Trang à 9 heures pour faire 410 km. Nous sommes très surpris car le train part bien à 9 heures précises. L'heure d'arrivée est prévue à 16h30 et il doit faire 3 arrêts en gare. Lorsque nous avons pris nos billets nous avions le choix entre des couchettes (eh oui ils voyagent en couchettes de jour), des « soft seat » (sièges mous) en wagons climatisés ou des banquettes en bois dans des wagons non climatisés avec du grillage aux fenêtres. Nous avons pris les « soft seat », les sièges sont en très mauvais état mais inclinables. Il y a même la télé écran plat qui va nous accompagner en musique tout le long du voyage.

Ce qui fait le folklore de ce train ce sont les très nombreux préposés que nous décidons d'appeler "CHEFS" tellement ils se prennent au sérieux. Il y a le chef des places : pas question de ne pas être à la bonne place (nous avons eu aussi le cas dans les bus). Le chef du comptage au bout d'une heure n'a toujours pas fini de compter les voyageurs de son wagon. Le plus drôle est le chef des rideaux car il faut que les rideaux soient fermés. Le chef des poubelles ramasse les poubelles et le chef du balayage balaie les allées. D'autres chefs circulent sans arrêt et ont l'air préoccupé par on ne sait quoi. De très nombreux vendeurs de la compagnie du train vendent boissons, riz, brochettes, œufs, saucisses.... et des vendeuses "clandestines" de fruits et poissons séchés jouent à cache-cache avec les chefs. Nous agaçons le chef des rideaux car nous voulons voir le paysage donc dès qu'il ferme les rideaux nous les ouvrons  à nouveau et inlassablement il repasse nous les fermer. Tout cela nous a bien amusés.

Avant le troisième arrêt il y a un grand bruit et une vitre du train se casse (heureusement c'est une vitre feuilletée) mais les chefs sont débordés car une grosse cargaison de colis est à monter à l'arrêt du train qui arrive en gare. Des cartons sont mis partout et bloquent même la descente du train. Un homme qui a aidé à charger les colis a été obligé de sortir par la fenêtre de secours parce ce que le train avait démarré, incroyable mais vrai. Michèle a voulu prendre une photo mais un des chefs le lui interdit.

Malgré les interdictions du chef des rideaux nous voyons de jolis paysages. En premier nous traversons des forêts d'hévéas et des cultures de manguiers. A mi-chemin sur des dizaines de kilomètres nous traversons des cultures de fruit du dragon. C'est notre fruit préféré (il y en a à chair rose comme la photo et à chair blanche). Nous en achetons souvent. 




Ensuite nous traversons des rizières très vertes avec plein d'oiseaux blancs et d'autres où le riz est déjà récolté. Des milliers de canards sont dans des rizières mises en eau avant la plantation. Puis nous voyons des dunes de sable et nous longeons la mer bordés d'immenses marais salants. Nous traversons à nouveau des rizières vertes bordées de cocotiers et en arrivant de grandes étendues d'eau remplies de lotus en fleurs. Heure d'arrivée : 16 h 45 seulement 15 minutes de retard.

Dès  notre arrivée une multitude de chauffeurs de taxi nous "saute" dessus mais peine perdue car Jean-Michel sait avec quelle compagnie il faut aller et nous faisons des mécontents qui nous le font savoir.