Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain

12 mars 2014

Cholon et ses pagodes

Mardi 11 mars :

Aujourd’hui nous partons visiter Cholon : le quartier chinois de Ho Chi Minh. Un demi-million de Vietnamiens d’origine chinoise habitent cet immense quartier. C’est ici qu’autrefois on trouvait les lieux de perdition qui ont largement contribués à l’image de Saigon : fumeries d’opium, maisons closes, tripots en tout genre, ...

Le caractère chinois de ce quartier a toutefois fortement diminué. Après la chute de Saigon et la réunification du Vietnam (1975), afin de « vietnamiser » Cholon, le gouvernement communiste a fait le ménage, poussant des milliers et des milliers de commerçants à s’enfuir à l’étranger (boat people). Aujourd’hui de nombreux Vietnamiens d’origine non-chinoise s’y installent, contribuant également à faire perdre à Cholon son aspect chinois. Personnellement, nous n’avons pas noté de très fortes différences entre le quartier de Cholon et les autres quartiers de la ville.

Dans ce quartier, le commerce est roi. Cholon signifie d’ailleurs « grand marché ». C’est donc tout naturellement au marché Binh Tay que nous commençons notre visite. Ce marché est surtout consacré à la vente en gros (habillement, chaussures, tissus, ustensiles de cuisine, …). On n’y trouve que peu de stands d’alimentation, mais nous y voyons tout de même quelques produits que nous n’avons pas encore rencontrés : notamment des nids d’hirondelles (spécialité du stand de la 1ère photo) et des hippocampes. 









A Cholon on trouve une myriade de pagodes. Nous en visitons sept. Ces nombreuses visites nous permettent d’y voir un peu plus clair concernant l’architecture et l’organisation de ces édifices, ainsi que sur la façon dont les fidèles y vivent leur culte :

* Généralement la partie cultuelle des pagodes est composée de 3 bâtiments transversaux reliés entre eux par 2 cours intérieures. Chacun des 3 bâtiments contient un autel. L’autel du troisième bâtiment est le plus important.

* Sur les côtés de la « partie cultuelle » semblent se trouver les bâtiments utilitaires : cuisine, réfectoire et logements. On y trouve toutefois parfois des autels « secondaires ». Les portes entre la « partie cultuelle » et les bâtiments utilitaires sont assez souvent rondes.

* Dans l’enceinte ou à l’intérieur des pagodes on trouve souvent des bassins qui abritent des poissons et ou des tortues (certaines très grosses ; la plus grosse que nous ayons vue devait avoir une taille voisine d’un mètre).

* Les offrandes les plus fréquentes des fidèles sont de deux types : de l’encens et des éléments en papier. L’encens sous forme de bâtons de toutes tailles est placé soit directement devant l’autel, soit dans de grandes urnes métalliques. L’encens sous forme de spirales est suspendu au plafond. Les offrandes « papier » (faux billets, représentations diverses, …) sont brûlées dans des grands fours. Il existe d’autres types d’offrandes moins fréquentes (voir la pagode Quan Am).

* Des tambours et cymbales présents près des autels sont parfois utilisés par les fidèles après qu’ils aient fait leur donation.

Nous arrivons à la pagode Ong Bon peu après midi. Comme elle est située juste à côté d’une école, à cette heure-là elle est littéralement « envahie » par les écoliers.


La pagode Ha Chuong Hoi Quan est consacrée à Thien Hau, la déesse de la mer.



La pagode Phuoc An Hoi Quan est l’une des plus joliment décorée de Cholon.


Le joli tigre de la pagode Quan Am a de la chance aujourd’hui, il a eu droit à une belle offrande !



Tout comme Ha Chuong Hoi Quan, la pagode Thien Hau est dédiée à la déesse de la mer, protectrice des marins, à qui on vient traditionnellement rendre hommage avant ou après un long voyage, comme le firent de nombreux boat people dans les années 1980.





Consacrée à la déesse de la fertilité, la pagode Tam Son Hoi Quan est tout particulièrement fréquentée par des femmes qui y prient pour avoir des enfants.







Une des plus simples d’apparence, la pagode Tam Son Hoi Quan fut reconstituée à Paris en 1900 dans le cadre de l’Exposition Universelle.


Un peu fatigués par les pagodes, nous nous rendons rue Hai Thuong Lan Ong, une rue spécialisée dans la pharmacopée traditionnelle chinoise.



Avant de quitter Cholon il nous reste une dernière visite à rendre à un … charmant dragon !