Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain



30 mars 2014

De Nha Trang à Da Nang en train - Arrivée à Da Nang

Dimanche 30 mars :

Aujourd’hui nous quittons Nha Trang et le sud du Vietnam pour rejoindre Da Nang dans le centre. Nous faisons ce voyage en train : un peu plus rapide et surtout beaucoup moins fatigant qu’en bus. Nous nous levons à 4h du matin pour prendre le train de 5h36 (dur dur pendant les vacances !). Le train qui vient de Ho Chi Minh arrive en gare avec seulement 1/4h de retard. Nous montons dans le train où tous les passagers présents dorment profondément. Jean-Michel réveille les voyageurs qu’il pense être à notre place. Erreur d’interprétation de la numérotation des places, notre siège est celui de devant et nos places sont libres ! En France on se serait copieusement fait engueuler, ici pas de problème : les gens nous expliquent où sont nos sièges et se rendorment immédiatement. Aujourd’hui tous les chefs sont là sauf celui des rideaux !! Quel bonheur.

La première partie du trajet est superbe : beaucoup de rizières en culture avec de grands cocotiers en arrière-plan et un ciel d’un bleu soutenu. A mi-parcours le ciel bleu disparait pour laisser la place à un ciel rendu grisâtre par les brumes de chaleur.

Le trajet est ponctué par le passage de nombreux vendeurs de nourriture. Malgré la faim qui nous tenaille, nous ne trouvons rien de très tentant. Il faut dire qu’à l’image de la restauration dans les trains français, ce qui est proposé est loin d’être très appétissant.

Nous arrivons à Da Nang vers 14h30, avec seulement une demi-heure de retard et après environ 9 heures de trajet ! Pour une distance un peu inférieure à 550 km, cela représente près de 60 km/h. Une vitesse moyenne qui laisse songeur quand on pense à notre TGV mais qui serait impossible à tenir en bus. A la sortie de la gare nous sommes pris en charge par un taxi qui doit trouver que l’adresse où nous demandons d’aller n’est pas assez éloignée. Il essaye donc de nous refourguer à deux motodops. Une petite montée de pression de la part de Jean-Michel et il nous accueille tout de même dans son véhicule. Il sera même très sympa pendant le court moment que nous passons ensemble.

Ce soir nous mangeons dans un restaurant typiquement local (pas un seul touriste, que des vietnamiens). Nous constatons à nouveau ce que nous avions déjà vu : beaucoup d'enfants de moins d’une douzaine d’années sont trop gros. Pas encore obèses, mais trop gros. La légendaire taille de guêpe des Asiatiques est en train de disparaître !

Sinon, concernant les restaurants, bonne nouvelle (pour nous) ! Depuis que nous avons quitté le delta du Mékong nous mangeons mieux, même plutôt bien en général. Un vrai soulagement pour nous !

Pas de photos à faire voir aujourd’hui. Nous en profitons pour partager avec vous quelques photos d’orchidées. Nous en avons vu énormément depuis que nous sommes dans le sud du Vietnam.










Les photos qui suivent ont été prises le jour de la fête de la femme au Vietnam.




Nha Trang

Samedi 29 mars :

Nous démarrons la journée au marché central de Nha Trang, une halle couverte qui déborde dans les rues alentour. Dans ce marché on trouve de tout, mais ce qui nous intéresse, c’est la partie consacrée à l’alimentation. On y découvre à nouveau de jolis stands consacrés aux produits de la mer.







Quand on vous dit que la moto c’est l’idéal pour faire ses courses !

Après le marché, comme hier, nous allons passer quelques heures sur la plage jusqu’à ce que le vent et la chaleur nous en chassent en début d’après-midi.

Nous nous rendons au nord de la ville (en taxi car il fait trop chaud pour faire 3 kms à pied) pour visiter les tours Cham de Po Nagar. Edifié sur une colline entre le 7ème et le 12ème siècle ce sanctuaire est très fréquenté par les Vietnamiens qui viennent se recueillir devant l’autel dédié à la déesse Po Nagar, déesse-mère de la patrie.



Le site de Po Nagar nous offre un joli panorama sur le port de pêche de Nha Trang établi à l’embouchure de la rivière Cai.


Nous quittons Po Nagar et retournons vers le centre-ville en passant par le port de pêche. Quelques bateaux sont en train de partir en mer, d’autres sont en train de se préparer. On sent que la tension monte, on s’approche de la campagne de pêche de cette nuit.






Un peu plus loin, nous découvrons une autre partie du port. Des cocotiers en arrière-plan et des maisons sur pilotis assurent une belle composition.




La route est longue depuis le port pour rejoindre le centre-ville. Nous traversons un quartier populaire où nous tombons sur un commerce que nous n’avions pas vu jusqu’à présent : celui des cheveux de femmes, sans doute destinés à la création d’extensions capillaires qui se retrouveront dans les salons de coiffure.



Avant de rejoindre notre hôtel nous allons jusqu’à la cathédrale de Nha Trang, construite par les Français dans les années 1930.



29 mars 2014

Nha Trang

Vendredi 28 mars :

Nha Trang est une grande ville balnéaire, très touristique, dont le bord de mer et le quartier des hôtels ressemblent un peu à un mélange entre une ville de la Côte d’Azur et le quartier chinois de Paris. Mais dès que l’on s’éloigne de quelques centaines de mètres des quartiers où se concentrent les touristes, on se rend vite compte que l’on est bien en Asie.

Cette ville présente une particularité que nous n’imaginions pas : elle est envahie par les touristes russes. Tous les commerces de la zone touristique ont des enseignes écrites en russe. Dans la ville et sur la plage on entend parler le russe partout. Beaucoup de vietnamiens, dans les commerces et les restaurants, parlent quelques mots de russe. C’est même le cas des vendeurs ambulants sur la plage. Pourquoi cette destination est-elle si fréquentée des russes ? Difficile à dire avec précision. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il existe une ligne aérienne directe entre Moscou et Nha Trang et que les résidents russes qui viennent à Nha Trang n’ont pas besoin de visa à condition qu’ils ne s’éloignent pas de la ville.

Nous démarrons notre première journée à Nha Trang par un petit tour au marché Som Moi. La ville de Nha Trang étant située au bord de la mer de Chine méridionale, le marché fait la part belle aux poissons et aux fruits de mer. Nous y découvrons de superbes poissons de toutes les tailles et de toutes les couleurs et de nombreux coquillages et crustacés (dont des langoustes, des coquilles Saint Jacques, des oursins et des huitres).







Savez-vous ce que fait cette femme ?


Elle lave des sacs en plastique afin qu’ils soient réutilisés. Nous avons déjà assisté aux mêmes scènes avec des verres en plastique jetables et des pailles. Donc, lorsque nous mangeons dans des petits bouis-bouis, il est tout à fait possible que nos verres et nos pailles aient déjà été utilisés à plusieurs reprises. Appétissant, non !

9h30 : il est temps de se diriger vers le front de mer et la plage. Il y a beaucoup de touristes à Nha Trang, mais la plage est si longue (6 à 7 km) que nous sommes très loin des plages bondées de la Côte d’Azur. Même si l’eau est moins translucide et un peu moins chaude que celle des plages de Phu Quoc, notre baignade matinale est très agréable.







En début d’après-midi le vent se lève et avec lui les vagues font leur apparition. Même à l’ombre la température devient intenable. Il est temps pour nous de quitter la plage. Nous partons en direction de la pagode Long Son. Nous nous arrêtons à la gare pour acheter nos billets pour notre prochain trajet : Nha Trang - Da Nang. En chemin nous traversons le quartier des couturiers. Ils travaillent tous sur le trottoir avec d’antiques machines à coudre.



Construite à la fin du 19ème siècle, la pagode Long Son est la plus grande de la ville. Située dans un cadre verdoyant et enchanteur, nous y découvrons un véritable havre de paix.




Attention tout de même aux nombreux dragons que l’on croise un peu partout …




Contrairement à d’habitude, l’intérieur de la pagode est peu chargé. Les lanières qui pendent du plafond représentent les couleurs officielles du bouddhisme : vert, rouge, bleu, jaune et blanc (soit les 5 continents).


Au somment de la colline située à l’arrière de la pagode se dresse un immense Bouddha blanc, haut de 14 m, assis en position du lotus.


Lors de l’ascension de la colline, nous croisons un superbe Bouddha couché en marbre de 18 m de long. Il exprime une telle sérénité que nous ferions bien une petite sieste à l’ombre à ses côtés.



En fin d’après-midi, avant de rentrer à l’hôtel, nous passons par le marché de ce matin pour acheter quelques fruits. Le marché occupe maintenant quasiment toute la rue. C’est pratique car les clients n’ont même pas besoin de descendre de leur moto pour faire leurs courses !





A Nha Trang encore plus qu’ailleurs, nous voyons de nombreux « blancs », généralement plutôt vieux (nous en avons même vus certains qui, presque grabataires, pouvaient à peine se déplacer) et moches, accompagnés de jolies vietnamiennes d’une vingtaine ou d’une trentaine d’année (parfois elles ont l’air encore plus jeunes !). Le soir venu, ils sont très fiers d’exhiber leurs « conquêtes » dans les rues de la ville et dans les restaurants. Même si, à part à Phnom Penh, nous n’avons pas vu les nombreux bordels qui il y a encore quelques années étaient une des images « classiques » de l’Asie, le tourisme sexuel est malheureusement  toujours d’actualité.