Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




5 mars 2014

Kong Lor : sa grotte et son village

Lundi 3 mars

Imaginez une rivière qui disparait à la lisière d’une montagne calcaire et serpente sur 7,5 kilomètres dans une grotte obscure et vous aurez une idée de la visite que nous faisons ce matin : la grotte de Kong Lor, une des merveilles naturelles du Laos.



Cette extraordinaire grotte-galerie ressemble à un tunnel qui mesure jusqu’à 100 m de large et presque autant de hauteur. Nous partons à sa découverte en barque à moteur. Deux bateliers sont avec nous : un à l’arrière qui gère le moteur et le gouvernail et l’autre à l’avant qui surveille la rivière et aide à la navigation. La pénombre est quasi-totale. Seul l’éclairage apporté par les lampes frontales dont nous sommes équipés nous permet de nous faire une petite idée des dimensions et de la majesté de cette rivière souterraine. A mi-parcours, nous débarquons et partons visiter une grande salle contenant stalactites et stalagmites. C’est le seul endroit où de la lumière artificielle est installée. A la sortie de cette salle nous retrouvons notre barque et reprenons notre progression dans l’obscurité. A plusieurs reprises, la trop faible profondeur de l’eau impose de descendre de la barque et de progresser à pied dans la rivière, parfois sur plusieurs dizaines de mètres. Avec le peu d’éclairage dont nous disposons, c’est assez impressionnant ! Après près d’une heure de navigation, nous apercevons enfin un peu de lumière naturelle. Nous sommes arrivés à l’extrémité de la galerie.







Nous poursuivons notre navigation sur la rivière Nam Hin Bun, en plein air cette fois, pendant une dizaine de minutes jusqu’à une clairière où sont installées quelques petites gargotes.



Après une petite pause, nous rebroussons chemin. Sur la partie « aérienne » du parcours, nous croisons des buffles en train de se baigner (2ème photo). Il fait tellement chaud que nous aimerions bien les imiter. Au détour d’une boucle de la rivière, nous arrivons droit sur l’entrée dans la caverne. Le retour se fait d’une traite, sans arrêts en dehors des quelques zones où il est nécessaire de descendre du bateau pour pouvoir continuer notre progression. Après une longue traversée, la lumière naturelle nous annonce la fin de notre visite.







Dommage que l’absence de lumière sur la presque totalité du parcours ne permette pas de découvrir dans des conditions correctes cette rivière souterraine ! Avec quelques aménagements supplémentaires cette visite aurait tout pour devenir un des endroits touristiques majeurs du Laos. Dans les conditions actuelles, elle est cependant à déconseiller aux personnes ne se sentant pas à l’aise dans un environnement obscur ou ayant peur de l’eau.

Cet après-midi nous partons à la découverte du village de Kong Lor. Nous nous rendons vite compte que ses habitants n’ont que très rarement l’occasion d’avoir la visite de touristes : ils ont l’air enchanté de nous voir et tout le monde nous lance des grands « sabaidee ». Dans ce village, nous croisons plusieurs femmes d’un certain âge qui ne portent qu’un soutien-gorge pour unique vêtement au-dessus de la ceinture.





Dans les cours de certaines maisons nous apercevons des orchidées sauvages (toutes jaunes) qui poussent sur des arbres. Nous avons un peu de mal pour expliquer aux habitants que nous souhaitons les prendre en photos. Cela leur parait tellement étonnant ! Mais une fois qu’ils ont compris, c’est avec plaisir qu’ils nous accueillent chez eux, même si ils restent surpris de nous voir prendre des fleurs en photo.



Le village de Kong Lor est spécialisé dans la culture du tabac. En le traversant nous assistons aux opérations de séchage et de tri des feuilles de tabac. Nous sommes accueillis les bras ouverts par les producteurs et leurs familles qui semblent enchantés que des touristes s’intéressent à leur travail. La femme sur la sixième photo nous remerciera même de les avoir pris en photo ! Malheureusement la barrière de langue limite fortement les échanges.