Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




1 août 2014

Rimrocks hoodoos, Horseshoe bend et Pahreah (environs de Page)

Jeudi 31 juillet :

Nous commençons notre journée par une petite randonnée qui doit nous conduire jusqu'aux Rimrocks Hoodoos. Avant d'atteindre cette zone qui abrite de nombreux hoodoos, nous cheminons dans un wash dont les alentours sont couleur chocolat et vanille.


Ce n'est que le début de la journée, mais il fait déjà chaud. Nous rêvons d'une bonne glace.

Nous arrivons rapidement jusqu'à la figure emblématique des Rimrocks Hoodoos : Toadstool Hoodoo (le champignon vénéneux). Cet élégant hoodoo rouge-orange est le premier que l'on rencontre sur cette balade.






Beaucoup de ceux qui viennent ici se contentent de ce seul hoodoo. C'est dommage car dans les environs on en trouve des dizaines d'autres, des tout petits et certains qui font presque 10 mètres de hauteur.

Après un hoodoo blanc massif ...


... nous rencontrons de nombreux hoodoos rouge-orange généralement plutôt petits. Pour arriver à les prendre en photo avec le ciel en arrière-plan souvent il ne faut pas hésiter à se coucher à leur pied. Plutôt salissant de faire des photos dans le coin !



Un peu plus loin nous tombons sur un nid de hoodoos blancs coiffés de pierres noires. Il y en a de toutes tailles, mais c’est là que nous rencontrons le plus grand nombre de hoodoos de belle taille.





Nous rencontrons également des hoodoos qui hésitent encore pour décider à quel camp ils vont se rallier, ni vraiment rouges, ni vraiment blancs.



Notre exploration se termine devant un précipice. Pas question d’aller plus loin, mais la vue est plutôt sympa.


Après cette séance hoodoos nous partons pour Upper Antelope Canyon. C'est peut-être le plus beau des slot canyons, certainement le plus connu et le plus visité. Sauf qu'une fois sur place, nous nous rendons compte que le prix pour une visite en fin de matinée, la plage horaire où le canyon est le mieux mis en valeur par le soleil, est de 48 dollars par personne.  Ce canyon, situé en territoire Navajo, est géré par le Parc de la Nation Navajo. Cet organisme serait-il devenu fou ? Il ferait bien de prendre exemple sur son homologue américain, pour le prix de deux entrées à Antelope Canyon, une famille peut visiter tous les parcs nationaux du territoire américain pendant toute une année.

Comme nous trouvons le tarif vraiment exagéré, surtout quand on connaît les conditions de la visite (visite guidée en groupe obligatoire et plutôt rapide), nous préférons garder notre bon souvenir d'il y a une dizaine d'années et aller voir ailleurs.

Ailleurs ce sera Horseshoe Bend, un point de vue fabuleux sur le Colorado qui à cet endroit décrit une boucle en forme de fer à cheval (horseshoe). La randonnée n'est pas très longue (2 km aller-retour), mais plutôt exigeante. Au retour on doit gravir une dune de sable de mou d'une cinquantaine de mètres de hauteur. Sous le soleil de la mi-journée, l'exercice n'a rien d'une promenade de santé (devant nous, une japonaise partie sans eau a été victime d'un malaise heureusement sans gravité).

La récompense de tous ces efforts : une vue magnifique sur le « fer à cheval » du Colorado.



Fin de l'intermède Colorado, nous reprenons notre découverte des hoodoos des environs en allant à White Rocks une zone proche d'une falaise où il y a de nombreux hoodoos, certains d'une taille impressionnante. La piste qui nous y mène n'est pas très bonne, nous retombons sur des passages sableux avec du sable mou et profond. Cette fois, pas question de faire demi-tour. Nous sommes à cinq kilomètres d'une route très passante, nous pouvons prendre le risque de nous ensabler.

Finalement notre petit 4x4 nous étonne sur le sable. En abordant les zones sableuses avec un peu de vitesse, il se comporte comme un grand et s'en sort sans difficulté. Nous faisons encore quelques kilomètres et nous tombons sur une barrière. Interdit d'aller plus loin, cette zone est maintenant protégée et interdite à tous les véhicules. On ne peut y aller qu'à pied ou à cheval. D'ici la randonnée double de longueur, soit une dizaine de kilomètres aller-retour. Cela reste faisable, mais comme le ciel s'est complètement assombri cet après-midi, la randonnée perd sans doute beaucoup de son intérêt. Peut-être une autre fois …

Avant de rentrer à Page nous allons jusqu'à Pahreah, un secteur où furent tournés quelques films (entre 1950 et 1976) et où nous aimons bien venir en fin de journée. Nous allons voir à quoi peuvent bien ressembler ces paysages sous un ciel orageux de fin de journée.




Ici, pour le plus grand bonheur des amoureux des étendues sauvages de l’ouest américain, se rencontrent les montagnes rouges et les badlands colorés.






Le retour à Page se fait sous un ciel orageux. Nous avons la chance d’apercevoir notre premier arc-en-ciel américain.



distance randonnée(s) de la journée = 6 km   /   distance randonnées cumulée = 295 km