Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




4 août 2014

Route 66 de Seligman à Topock

Dimanche 3 août :

La météo ne s'est pas trompée : il fait un temps exécrable ce matin. Pluie, pluie et encore de la pluie. Nous rejoignons notre première étape sur la route 66, Seligman, par l'autoroute car la vraie route 66 a disparu depuis longtemps entre Williams et ici.


Seligman est une toute petite ville qui ne vit que grâce à la route 66 et aux nombreux nostalgiques qui y viennent en pèlerinage. Les magasins rivalisent d'imagination pour créer les plus belles et les plus délirantes décorations possibles en rapport avec la route 66 afin d'attirer les clients. Nous sommes ici au royaume du kitch, mais toute une ville sur le même registre c'est plutôt sympa.


















C'est à Seligman que débute le plus long tronçon historique de la route 66 encore en service : environ 200 kilomètres de la route 66 d'origine. Tous ceux qui « font » la route 66, se doivent de passer ici.

D’une longueur de 3 670 kilomètres, la route 66 reliait Chicago (Illinois) à Santa Monica (Californie) entre les années 1926 et 1985. Elle fut la première route transcontinentale goudronnée en Amérique. Les Américains la surnomment « The Mother Road » ou « Main Street USA ». La route 66 a été officiellement déclassée en 1985. Si elle n'a plus d'existence officielle, elle conserve un caractère mythique et est sans doute la plus connue des routes américaines. Depuis le début des années 1990, des mouvements se sont créés pour assurer sa préservation, et les initiatives visant à y développer le tourisme sont de plus en plus nombreuses.



Une centaine de kilomètres plus loin, dans la minuscule ville de Hackberry, une ancienne station-service a été transformée en musée-boutique dédié à la route 66.






En fin de matinée la pluie nous abandonne pour laisser la place à un ciel chargé de nuages avec quelques éclaircies de temps en temps. A Kingman nous battons notre record du plein le moins cher : 0,65 €/litre ! Après Kingman la route 66 aborde une région quasi désertique avec plus de reliefs.


Au cœur de ce désert montagneux nous nous arrêtons à Oatman, une ancienne ville minière fondée au début du 20ème siècle et qui a produit de grandes quantités d'or jusqu'à la fin des années 1930. Aujourd'hui cette petite ville, qu'on croirait toute droit sortie d'un western, présente une caractéristique assez inhabituelle : elle est envahie par des ânes sauvages. Ces ânes sont les descendants de ceux qui étaient utilisés pour l'exploitation des mines et qui furent abandonnés lorsque ces dernières stoppèrent leurs activités.






À Oatman on croise les ânes partout, y compris sur les trottoirs couverts où ils se mettent à l'abri lorsqu'il pleut.




Juste à la sortie d'Oatman nous sommes pris dans un orage de courte durée mais d'une violence incroyable. Par moment nous avons presque l'impression que la voiture va s'envoler.


Celui-là aussi, quand il va s'y mettre, il vaudra mieux ne pas être dessous.


Et bien nous y avons eu droit et effectivement l'orage a été violent. La preuve, nous n'avons jamais pu atteindre l'hôtel où nous avions prévu de dormir. Une rue s'est transformée en torrent juste devant nous ! La ville reste plongée dans le noir pendant près de deux heures. Plus d’électricité nulle part !


Ce soir nous dormons à Lake Havasu City. La Californie est juste à quelques pas, de l’autre côté du Lac Havasu formé par le Colorado.

distance randonnée(s) de la journée = 0 km   /   distance randonnées cumulée = 306,5 km