Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




22 avril 2014

Montagne des Parfums

Lundi 21 avril :

Aujourd’hui nous partons en tour organisé (réservé auprès de notre hôtel) pour visiter la montagne des Parfums. Le bus doit passer nous prendre à l’hôtel entre 8h et 8h30. Lorsque nous descendons prendre notre petit déjeuner à 7h40, il est déjà là à nous attendre. Donc pas de petit-déj ce matin. C’est parti pour le traditionnel tour en bus dans le centre-ville afin de récupérer l’ensemble des participants (pas loin d’une heure). Puis nous prenons la route : environ deux heures pour faire une soixantaine de kilomètres. Là-encore nous ne pouvons pas éviter le traditionnel arrêt de trente minutes à une immense boutique souvenirs-bar-restaurant-toilettes. Nous avons eu ce type d’arrêt dans tous les tours organisés que nous avons effectués. Ils permettent au tour-operator qui organise la journée de toucher une commission sur ce qui est vendu. Bien évidemment, dans ces boutiques qui ne vivent que grâce à cette pratique, les prix sont plus qu’exagérés ! Aujourd’hui, nous aurons même droit à une variante : arrêt dans la boutique à l’aller et au retour. On ne sait jamais, si nous avions des remords de ne rien avoir acheté ce matin !

Vers 11 heures nous arrivons à destination : un petit village au bord de la rivière Yen. C’est en barque que nous rejoignons le pied de la montagne des Parfums après une petite heure de navigation. Au cours de notre balade fluviale nous croisons de nombreux bateaux où ne sont installés que des vietnamiens. Ici ils sont beaucoup plus nombreux que les touristes occidentaux. La seconde partie de cette « croisière » nous rappelle nos balades dans la baie d’Along terrestre. Nous y retrouvons les paysages de pitons karstiques que nous avons tant appréciés là-bas.









Nous débarquons au milieu d’un véritable capharnaüm de boutiques de souvenirs et de restaurants. Dans plusieurs de ces restaurants du chien est proposé. Nous vous rassurons, même si le repas est prévu ici, personne ne nous en proposera. Il faut savoir que la viande de chien est une viande chère, réputée pour être fortifiante, et qu’elle n’est généralement pas proposée aux touristes occidentaux (les vietnamiens connaissent parfaitement les réticences des occidentaux vis-à-vis de cette viande).








































Après avoir mangé correctement dans un restaurant typiquement local (bœuf aux légumes, choux, riz blanc et omelette), les choses sérieuses commencent. Il faut maintenant monter jusqu’au sommet de la montagne des Parfums. Pour cela deux possibilités se présentent à nous : soit par téléphérique, soit à pied. Comme nos guides papier annonce entre 3 000 et 3 500 marches, nous choisissons la facilité : montée en téléphérique et descente à pied (en réalité il y a beaucoup moins de marches qu’annoncé, nous les avons comptées : un peu moins de 1000).

Mais avant de prendre le téléphérique nous nous arrêtons à une première pagode située au pied de la montagne des Parfums.




Cette fois c’est parti pour la montée en téléphérique : très impressionnante.




Tout en haut de la montagne, le clou de la visite est la pagode de l’Empreinte Parfumée, aménagée dans une immense grotte où stalactites et stalagmites forment candélabres et autels naturels. Tout au fond de la grotte, la fumée provenant de l’encens en train de brûler est par moment difficilement supportable. La pagode est fréquentée par une multitude de vietnamiens qui viennent ici pour garantir le succès des récoltes à venir ou prier pour s’assurer une descendance (4ème photo). On rencontre ici une extrême ferveur et les quelques touristes qui sont perdus dans cette foule en repartent fortement impressionnés.







Il est maintenant temps de redescendre. Sur toute sa longueur (environ 3 km), le sentier est bordé de stands qui vendent des souvenirs et tout le nécessaire pour faire des offrandes et où l’on peut boire et manger.







Ce soir, de retour à Hanoi, nous allons manger dans notre resto habituel et avant de rentrer à l’hôtel nous nous achetons deux ananas pour le dessert. C’est la pleine saison des ananas à Hanoi : ils sont excellents et ne coutent pratiquement rien (0,30 euro).