Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain

4 avril 2014

Hoi An sous la pluie

Vendredi 4 avril :

Ce matin nous avons rendez-vous à 8 heures pour aller visiter les ruines de My Son situées à une cinquantaine de kilomètres de Hoi An. Nous avons choisi d’y aller en tour organisé par notre hôtel.

A notre réveil le temps est très couvert. Nous allons au petit-déjeuner et la pluie commence à tomber. Lorsque nous arrivons à l’accueil, prêts à partir, il pleut à verse ! Il y a entre 5 et 10 centimètres d’eau dans les rues et la pluie n’a pas l’air d’avoir l’intention de se calmer. Après une demi-heure d’attente la pluie continue sans faiblir et l’excursion est annulée. Impossible de sortir dehors même avec un parapluie, nous retournons donc dans notre chambre attendre que cela se calme. C'est notre premier jour de pluie depuis que nous sommes partis.

Vers 11 heures la pluie baisse d’intensité. Nous sortons de l’hôtel et allons faire un tour en ville. Michèle est interpellée dans la rue par une vendeuse qui veut absolument être prise en photo avec elle. Comme à Hoi An, qui est une ville très touristique, tout est prétexte à argent, je sens le coup venir et je lui dis bien clairement « no money ! ». Elle me confirme « no money ! ». A peine la photo est prise qu’elle nous réclame un dollar ! Je lui rappelle notre « accord » et elle se met à rire. Nous partons sans donner le dollar, mais sans que la vendeuse soit fâchée.


Très vite la pluie reprend de plus belle. Nous nous réfugions dans un salon de beauté : manucure, pédicure, pose de vernis et coupe pour Michèle, coupe pour Jean-Michel. Le tout pour environ 12 euros. Cette fois ci nous n’avons pas eu de mal pour expliquer ce que nous voulions comme coupe puisqu’on ne nous a pas demandé notre avis ! Mais bon, le résultat est correct.


Lorsque nous sortons de chez le coiffeur le temps est toujours très couvert mais la pluie a pris fin. Nous décidons d’aller jusqu’à la sortie de la ville, à environ 2 kilomètres, pour voir dans quel état sont les rizières et ainsi savoir si cela vaut le coup de prévoir, pour les jours à venir, un tour en moto dans les environs de Hoi An. Très vite nous quittons le centre historique de Hoi An et nous nous promenons dans des quartiers où nous ne rencontrons aucun touriste. Nous passons devant une garderie où une des assistantes maternelles nous demande d’approcher. La réaction des bambins est partagée : certains sont enchantés de se voir sur les photos, d’autres sont effrayés de voir ces deux étrangers si bizarres.




Peu après nous arrivons devant une école. Tout le monde veut se faire prendre en photo. Nous partons assez vite de peur d’être à l’origine d’une émeute dans cette école.





Nous revenons en longeant la rivière qui traverse Hoi An. Même si le soleil n’est pas au rendez-vous, le ciel gris offre une jolie toile de fond pour les photos.









Nous rentrons à l’hôtel en passant le long d’une zone marécageuse située en plein centre-ville. Une femme est en train d’y récolter des plantes aquatiques qui seront utilisées comme légumes.



Ce soir nous mangeons dans un restaurant un peu plus éloigné du centre touristique : le White Sail Café (rue Tran Cao Van). C’est de loin notre meilleur repas depuis que nous sommes au Vietnam. Au menu : cao lau et white rose en entrée (deux spécialités de Hoi An) suivis de poulet aux noix de cajou (pour Michèle) et calamar farci (pour Jean-Michel). Un vrai régal !

cao lau : nouilles de riz épaisses avec des pousses de soja, des morceaux de porc grillés, des herbes et des petites croquettes

white rose : raviolis à base de farine de riz fourrés de pâte à la crevette