Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




26 février 2014

Vientiane, capitale aux multiples facettes

Mercredi 26 Février 

Aujourd’hui nous partons à la découverte de Vientiane la capitale du Laos. Le centre-ville touristique et commercial, relativement peu étendu, est très occidentalisé. Par moment, on pourrait presque oublier que nous sommes en Asie. Pourtant, à qui sait regarder, mille détails rappellent sans cesse que Vientiane est bien une ville orientale. Et surtout, dès que l’on s’éloigne un peu de l’hyper-centre, le doute n’est plus permis, Vientiane a bien tout d’une ville asiatique.





                                                                                



La plonge d’un restaurant …


Vientiane est une ville pleine de contrastes : modernisme et traditionalisme, orient et occident, richesse et pauvreté, …, s’y côtoient à chaque instant. La preuve en image avec ce beau bolide au cheval cabré !



Il nous faudra quelques heures pour nous faire à l’ambiance de cette ville. Si au début nous avons eu un sentiment assez mitigé, au fil des heures, nous avons appris à apprécier Vientiane même si au premier abord elle nous a semblé moins attirante que Phnom Penh, la capitale du Cambodge.

Durant notre balade dans les rues de Vientiane, nous passons par le marché Sao qui a pour une bonne partie disparu pour être remplacé par un centre commercial flambant neuf (et à moitié vide) qui ressemble à s’y méprendre aux centres commerciaux que l’on rencontre à la périphérie de nos grandes villes. La partie du marché qui subsiste n’a pas grand intérêt à nos yeux : c’est le royaume des téléphones portables, des faux sacs à main, des machines à laver, des CD pirates, …

Un carré traditionnel y fait de la résistance : celui de la médecine traditionnelle. On y trouve toutes sortes de produits naturels (plantes, écorces, bois, champignons, …), de boissons étranges, de porte-bonheur (statuettes, bracelets, pièces de monnaie, …), de dents, cornes et défenses d’animaux, …

On y trouve très facilement de nombreuses cornes de rhinocéros (cf. photos ci-dessous). Ce commerce est-il légal au Laos, si oui dans quelles conditions, difficile de trouver une réponse précise ? Quoiqu’il en soit, l’origine sud-africaine de la plupart des cornes qui se retrouvent au Laos, sous-entend que corruption et mafia ne sont sans doute pas étrangères à ce commerce.  Pour plus d’infos sur le sujet, voir cet article de 2013 :







En fin d’après-midi, alors que nous nous promenons au hasard et que nous nous sommes éloignés du centre-ville, nous retombons, le long d’une rue, sur des stands de médecine traditionnelle. Là encore on trouve une multitude de produits, la plupart que nous ne parvenons pas à identifier. Ces stands de rue semblent destinés à une clientèle moins aisée que ceux de ce matin (nous sommes en périphérie de Vientiane) car nous n’y trouvons pas les dents et cornes d’animaux, ni les statuettes.




Nous sommes assez étonnés car jusqu’ici nous n’avons rencontré que très peu de références à la médecine traditionnelle et c’est dans cette ville qui s’occidentalise à la vitesse grand V que nous y sommes confrontés.

Nous continuons notre progression hors du centre pour rejoindre un institut de massage qui nous a été conseillé par la propriétaire de notre guesthouse. Nous arrivons dans un très bel établissement (Dalah Institut). Michèle se fait faire un massage relaxant d’une heure (sans Jean-Mi qui n’était pas motivé). Les cabines très propres et très modernes sont équipées de douche, musique douce, fleurs naturelles dans des petits bassins… Le massage est très bien fait avec en fin de massage, un moment relaxation dans un salon avec thé, eau et fruits. Coût de la prestation : 13 euros. On peut trouver des massages beaucoup moins chers, mais il faut voir dans quelles conditions : l’hygiène est plus que douteuse, le massage est quasiment fait dans la rue, les masseuses s’y connaissent à peu près autant que nous, …