Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain

5 février 2014

De Luang Namtha à Muang Sing : journée galère

Mardi 4 Février 

Nous pensions avoir fait le plus dur hier concernant notre voyage jusqu’à Muang Sing dans l’extrême nord laotien. Il ne nous reste plus que 60 km (2h de route) à faire entre Luang Namtha et Muang Sing.

Avant de partir nous allons, comme nous en avons maintenant l’habitude, faire un petit tour au marché. C’est pour nous un excellent moyen de nouer un premier contact avec une ville et ses habitants. Ce marché est composé, comme souvent en ville, d’une immense partie couverte où on peut trouver de tout : vêtements, chaussures, ustensiles de cuisine, télé, médicaments à l’unité, droguerie, téléphones, bijoux, … bref, tout ce que l’on peut imaginer et même plus. A l’extérieur on trouve la partie alimentaire du marché. Ici la spécialité semble être le piment.




Après notre tour au marché nous retournons à l’hôtel chercher nos bagages et direction la gare routière des destinations proches, située à environ 1 km de l’hôtel. Nous arrivons à la gare routière à 11h juste à temps pour voir le minibus pour Muang Sing partir sous nos yeux.

Ce n’est pas grave nous prendrons le prochain qui partira dès qu’il sera plein. Michèle s’installe dedans pour être sûre que nous aurons de la place et moi j’attends avec les bagages. Le chauffeur à l’air très sympa mais il semble avoir un problème avec nos bagages qu’il ne veut pas charger sur le toit de son minibus. Il faut plus d’une heure pour que le minibus se remplisse, mais nos sacs ne sont toujours pas chargés. Cela commence à sentir mauvais. Malgré nos insistances et le fait que Michèle ne descende pas, rien n’y fera, nos bagages ne seront jamais chargés et nous devrons abandonner après avoir retardé le départ du bus d’au moins une demi-heure sans que personne ne bronche dans le bus. Il part donc sans nous et nous ne comprendrons jamais vraiment pourquoi nous avons été refoulés.

Le souci, c’est que personne ne comprend le moindre mot d’anglais. Je vais voir la personne qui semble faire office de « chef » et après une conversation avec trois mots d’anglais et beaucoup de geste il me semble comprendre que le prochain bus sera un grand bus et que nous aurons notre place dedans.

En effet, le bus qui se présente est un grand bus. C’est aussi un vieux bus, dans un état … Cette fois ils ne nous aurons pas. A peine arrivé je saute sur le chauffeur pour qu’il monte les sacs sur le toit et nous nous installons à bord car nous avons vu que dans les bus qui sont partis avant, il y avait bien plus de passagers que de places assises. Le remplissage du bus durera près de 2 heures et c’est seulement à 14h que nous partons. Les 60 km de route (magnifique) se font effectivement en environ 2 heures et c’est donc vers 16h que nous arrivons à Muang Sing, soit 5 heures après être arrivés à la gare routière ! Le « maître mot » au Laos est patience.



 A Muang Sing, il nous faut trouver un hébergement. Le premier où nous nous arrêtons est tout simplement immonde. Le deuxième est un peu mieux, mais pas beaucoup. Nous prenons une chambre de peur d’être à la rue car il n’y a pas beaucoup de guesthouse à Muang Sing. L’idée est de repartir trouver quelque chose de mieux pour les nuits suivantes. C’est ce que nous faisons et à la sortie de la ville nous trouvons des bungalows où l’accueil est agréable et dont la propreté est correcte. Finalement nous décidons d’abandonner notre première chambre (déjà payée) et de venir s’installer ici dès ce soir. L’employée de la première guesthouse a dû nous pendre pour des fous : nous avons payé une chambre (pas chère : 6 euros) et nous n’y sommes pas restés 30 minutes.