Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




18 février 2014

Deuxième jour à Muang Ngoi

Lundi 17 Février 

Ce matin le ciel est très couvert, presque orageux. Nous aurons même droit à la pluie (la première fois de notre séjour) pendant près d’une heure. Le temps sera couvert toute la journée avec parfois des éclaircies qui dureront plus au moins longtemps.

Aujourd’hui nous avons prévu une journée tranquille de détente dans ce coin paradisiaque et si tranquille : tour dans la ville et petite balade le long de la rivière Nam Ou.

Sur les rives de la rivière nous découvrons des extractions de sable, toutes manuelles. Chaque fois, la répartition du travail est la même : les femmes font les tâches pénibles et les hommes conduisent les petits tracteurs qui évacuent les sacs de sable.





Un peu plus loin, nous tombons sur le coin « balnéo » des buffles. Ces grosses bêtes semblent placides, mais quand elles estiment que cela fait suffisamment longtemps que vous les regardez prendre leur bain, elles savent vous le faire comprendre. Et si vous n’êtes pas assez rapide à déguerpir, elles n’hésitent pas à vous suivre jusqu’à ce que vous ayez bien compris que vous n’êtes plus le bienvenu.



Dans cette vallée isolée du reste du monde, la rivière Nam Ou reste bien la seule voie de communication.



Vous êtes nombreux à nous avoir demandé si nous avons rencontré des bêtes dangereuses. En dehors de l’animal le plus dangereux de la planète, celui qui fait le plus de victimes, j’ai nommé le moustique, jusqu’à aujourd’hui nous n’avons rien vu d’inquiétant.

Pourtant, au retour de notre balade le long de la Nam Ou, dans la petite ville de Muang Ngoi, notre regard est attiré par une sorte de corde noire qui pend d’un arbre à côté d’une maison. En se rapprochant un peu, nous ne sommes que plus intrigués. Rapidement le propriétaire de la maison vient nous voir et nous explique qu’il s’agit d’un cobra qu’il vient de tuer dans son jardin. Le serpent, qu’il vient de décapiter après l’avoir blessé avec un lance-pierres, mesure près de 2m50. Il est bien évidemment mortel et c’est son fidèle chien « Poppy » qui l’a débusqué, à quelques mètres de sa maison. Maintenant qu’il est inoffensif, il fait la fierté du maître de « Poppy ». Il finira dans une casserole, le serpent étant une viande de choix pour les laotiens.


Les nuages présents en nombre aujourd’hui nous permettent d’assister à un joli coucher du soleil derrière les massifs karstiques.


C’est notre dernière soirée à Muang Ngoi. Cette étape était celle qui nous « inquiétait » le plus sur notre séjour au Laos point de vue hébergement et nourriture. Au contraire, tout s’est avéré parfait : nous avons trouvé une guesthouse charmante avec vue sur la rivière et propre à un prix très convenable pour le pays (7€ la nuit) et c’est peut être ici que nous avons le mieux mangé depuis que nous sommes au Laos. Le bout du monde a vraiment tout pour plaire …