Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain

12 février 2014

Trek dans la jungle dans la zone nationale protégée de Nam Ha

Mardi 11 Février 

Au programme du jour : un trek dans la zone nationale protégée de Nam Ha ; nous allons passer la journée dans la jungle. Nous avons réservé avec une agence locale (Namtha River Experience) il y a deux jours. En arrivant ce matin nous apprenons que nous sommes les seuls à partir pour ce trek. Ce sera un peu plus cher (les tarifs sont dégressifs en fonction du nombre de participants), mais l’avantage, c’est que nous pourrons faire le trek à notre rythme.

Toutes les agences de Luang Namtha observent des règles de tourisme responsable. Un organisme, mis en place par l’Unesco, veille à ce que les tour-opérateurs et les villageois travaillent ensemble ; c’est pourquoi nous aurons deux guides : un guide de l’agence et un guide de la minorité Khamu (l’ethnie qui vit à proximité de la forêt dans laquelle nous allons randonner). Les circuits sont limités à 8 personnes, chaque agence a ses propres itinéraires et les villages ne peuvent pas recevoir des visiteurs plus de deux fois par semaine.

Le départ est prévu à 9 heures. Notre guide arrive à 9h15 et le tuk-tuk qui doit nous conduire au départ de la randonnée à 9h30. C’est une des particularités du Laos : les horaires sont assez « approximatifs ». Malgré cette demi-heure de retard, nous ne sommes pas prêts à partir, les courses pour le repas de midi ne sont pas faites. Donc direction le marché où notre guide fait ses emplettes. 

Cette fois c’est parti. La piste que nous suivons longe la rivière Nam Tha et traverse plusieurs villages Khamu.



Nous arrivons au village Khamu qui est le point de départ de notre randonnée.



Le guide local nous rejoint, il ne nous reste plus qu’à traverser la rivière Nam Tha pour démarrer le trek. Juste avant d’embarquer sur le radeau en bambous (première photo), le guide de l’agence annule la traversée car le radeau lui semble trop précaire. Le guide Khamu sait où il y a une pirogue, nous partons donc traverser un peu plus en amont. Sauf que la pirogue est au fond de l’eau, et sans doute depuis déjà un certain temps ! Mais ce n’est pas grave, en à peine 10 minutes, les deux guides l’auront sortie de l’eau. Nous traversons enfin la rivière Nam Tha (Michèle n’est pas vraiment rassurée !).





Le trek, qui nous avait été vendu comme étant facile, est en fait très éprouvant. Pendant les deux premières heures, le sentier est constamment en train de monter et souvent avec une pente assez impressionnante. Il fait une chaleur d’enfer et nous sommes en nage. Heureusement que nous sommes sous le couvert végétal sinon, en plein soleil, ce serait infaisable. La randonnée alterne entre forêt de feuillus (type jungle comme on peut se l’imaginer) et forêt de bambous.







Après ces deux heures « d’ascension » c’est la pause repas. Les deux guides préparent un feu de bois et cuisinent du porc dans un morceau de bambou taillé sur place. Préparé avec des herbes achetées au marché (dont de l’aneth), de l’oignon et des ingrédients trouvés dans la forêt (une sorte de cœur de palmier, du bois épice et d’autres herbes), c’est un véritable régal. L’eau qui a bouillie dans le bambou qui servait de casserole a donné une sauce qui se boit comme du petit lait. L’accompagnement du plat principal a été acheté au marché ce matin : riz gluant, légumes verts, pousses de bambous, plusieurs sauces. En dessert, nous avons droit à une pomme (plutôt bonne d’ailleurs).

Tous les ustensiles nécessaires ont été fabriqué par les deux guides avec des éléments provenant de la forêt : la casserole, les plats de service, la table, les bancs et même les cuillères (pliages avec des feuilles, sur la gauche du plat qui est sur la table).




Après cette pause bien méritée et ce délicieux repas, c’est reparti pour la grimpette (heureusement, moins longue et moins difficile que ce matin). Après environ une heure nous attaquons la longue descente qui nous conduit en direction de la rivière.







Nous traversons quelques zones de cultures et nous atteignons enfin la rivière. Notre embarcation n’a pas coulé, c’est donc sans difficultés que nous rejoignons l’autre rive et notre tuk-tuk.



En conclusion : une randonnée éprouvante mais très sympa qui nous a permis de découvrir une forêt préservée. Le repas cuit au feu de bois à midi est une excellente idée ; un vrai moment de convivialité avec nos guides, même si le guide Khamu ne connaissait pas un seul mot d’anglais.