Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain

21 février 2014

De retour à Luang Prabang pour une journée

Jeudi 20 Février 

Ce matin nous avons presque l’impression d’être à la maison. Nous avons déjà passé sept jours à Luang Prabang et nous avons nos petites habitudes. Nous commençons donc la journée par un tour au marché et encore une fois, nous y trouvons de nouveaux produits : des petits insectes non identifiés et des œufs de fourmis (dernière photo).

Nous avons enfin identifié la plante verte à fleurs jaunes qui est régulièrement servie comme légume aussi bien dans des plats que dans des soupes (il y en a un petit bouquet au 1er plan de la troisième photo). Ce légume est très courant au Laos mais nous ne l’avons pas rencontré au Cambodge. Nous avions des doutes depuis un moment, mais maintenant nous sommes sûrs, c’est une plante bien connue chez nous : le colza. Cela a un goût très vert et c’est plutôt bon.







En revenant du marché nous passons devant l’école primaire du centre historique de Luang Prabang. C’est l’heure de la récréation. Elle commence par une séance de gym collective et est suivie d’une collation que les écoliers achètent à des vendeurs de rue installés directement dans la cour de l’école !



Impossible de passer une journée à Luang Prabang sans aller visiter quelques temples. Le temple de Pakkhan nous séduit tout particulièrement par la simplicité de son architecture.


Cet après-midi nous traversons le Mékong pour aller voir le village des potiers de Ban Chan.


En chemin nous traversons un petit village où deux petites filles nous interpellent : « Sabaidee, Sabaidee ». Nous restons quelques minutes avec elles ; à priori, elles n’ont pas souvent l’occasion de voir des touristes. Lorsque nous nous éloignons, cela se complique : elles nous suivent et continuent de vouloir « discuter » avec nous. Pas moyen de leur expliquer que nous partons et qu’elles doivent rester chez elles. Même en les ignorant et en avançant, elles continuent de nous suivre. Marche arrière pour les ramener devant chez elles et heureusement une voisine nous rejoint et les prend en charge. Nous partons en adressant de grands signes aux deux fillettes.




Nous continuons la route. Elle est longue et assez monotone. Il faut donc passer le temps ; nous nous entrainons aux selfies (je viens de voir que c’est la mode en France puisque même le premier ministre s’y est mis).



Nous arrivons enfin au village des potiers : rien d’extraordinaire, mais nous ne pourrons pas repartir sans avoir acheté un souvenir (un petit vase pas très beau qui n’arrivera sans doute jamais en France car il est probable qu’il casse avant) car la vendeuse était sympa et très collante …

Un habitant du village nous propose de nous reconduire à Luang Prabang en bateau. Cà c’est une bonne idée, cela nous évitera la longue marche du retour ! Il ne nous reste plus qu’à négocier un prix raisonnable. Tout le monde s’en mêle : la vendeuse de poteries et sa voisine viennent prêter main forte au batelier. Tout se passe dans la bonne humeur. Chacun donne son prix et au final le prix retenu est inférieur à celui que nous avions proposé. Notre batelier peut remercier ses voisines ! La prochaine fois que j’aurai à négocier, j’espère qu’elles ne seront pas loin …

Nous remontons le Mékong pendant une vingtaine de minutes sur une petite barque à moteur et nous sommes de retour à Luang Prabang .