Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain



2 janvier 2014

Phnom Penh (visite du 2 Janvier)


Ce matin nous nous sommes réveillés vers 3 heures, nous n'avons pas commencé de digérer le décalage horaire (+ 6 heures par rapport à la France).


Nous en profitons pour aller de bonne heure au marché central (psar Thmey). Il est réputé pour être un des plus grands marchés couverts d’Asie. On y trouve en effet de tout : vêtements, électronique, électroménager, bijoux (est-ce qu’il y a des vrais ?), babioles en tout genre, … La partie la plus pittoresque est celle réservée à l’alimentation. Les quelques photos qui suivent vous permettront de vous en faire une idée. Fermez les yeux quelques secondes, imaginez le bruit et surtout les odeurs (et ce n’est que le début de matinée, qu’est-ce que ça doit être en fin de journée !) et vous y serez ! Par endroits il faut vraiment avoir le cœur bien accroché : les stands de viandes et de poissons ne possèdent pas un seul frigo !







Pour nous remettre de ces émotions, nous poursuivrons la journée par la visite de quelques temples et pagodes, dont le wat Phnom, qui pour les Cambodgiens a autant d’importance que la tour Eiffel pour les parisiens (c’est eux qui nous l’ont dit). Nous sommes toujours très bien reçus dans ces édifices. Dans le wat Ounalom un vieux moine nous ouvrira même les portes d’un ancien sanctuaire où est cachée une statue d’âge vénérable à laquelle la modernité a apporté une auréole électrique. Il nous fera même l’honneur de nous bénir selon le rite bouddhiste.











Dans un de ces temples, nous serons surpris de constater qu’un escadron de gendarmes mobiles a investi les lieux pour se reposer. En effet, Phnom Penh connait ces derniers temps des manifestations visant à faire démissionner le premier ministre. Une trêve a été signée jusqu’au 4 janvier ce qui permet aux forces de l’ordre de prendre un peu de repos aux abords de ce temple. Si les militaires semblaient décontractés, le matériel était prêt pour les futures manifestations.


Notre promenade au hasard dans les rues de Phnom Penh nous fait découvrir de nombreux métiers de rue, disparus depuis bien longtemps chez nous : vendeur de charbon, coiffeur, …




Et pour ceux qui connaissent un peu l’électricité … comment fait-on pour s’y retrouver ?