Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain

1 septembre 2014

Kings Canyon et Sequoia NP

Samedi 30 août :

Après une bonne heure de route nous arrivons à Kings Canyon et Sequoia, deux parcs nationaux qui  forment une seule et même entité. Ces deux parcs abritent les plus grands et les plus beaux bosquets de séquoias géants de la planète.

Une nouvelle fois nous avons droit à un ciel couvert alors que la météo nous avait annoncé un grand soleil. Tant pis, il faut faire avec ! Notre journée entière est consacrée à la découverte des séquoias, des arbres majestueux. Pour cela nous faisons trois belles balades, seize kilomètres au total, au milieu d'arbres grands comme des immeubles de vingt étages et vieux comme la Bible.







  


Difficile de faire ressentir la taille de ces arbres sur une photo. Peut-être que celles-ci peuvent aider à se faire une meilleure idée du gigantisme des séquoias.



Ou alors avec un point de vue un peu plus original. A la place du photographe, on se sent vraiment tout petit !





Sur la base du volume de bois, les séquoias sont les plus imposants arbres de la planète. Lors de nos balades, nous rencontrons trois des quatre plus « volumineux » arbres de la planète. Pas mal pour une seule journée !

Nous vous les présentons, du plus « petit » au plus grand :

* Le Président, classé en quatrième position.



* Le Général Grant, qui est non seulement le troisième plus « grand » arbre au monde, mais qui a également été désigné comme étant un mémorial vivant dédié à tous les soldats américains morts au combat. Il possède un autre titre de noblesse : c'est l'arbre de Noël national.

hauteur : 82 m - circonférence à la base : 33 m - poids : 1 325 T - âge estimé : 1 700 ans


  
* Le Général Sherman est l'arbre le plus volumineux au monde. Son sommet est mort mais l'arbre, lui, est toujours bien vivant et défend son titre avec vigueur. Même s'il ne gagne plus en taille puisque son sommet est sans vie, le diamètre de son tronc continue de croître.

hauteur : 84 m - circonférence à la base : 31 m - poids : 1 385 T - âge estimé : 2 200 ans



Malgré ses 2 200 ans, le Général Sherman n'est pas le plus vieux séquoia recensé. Le plus vieux a 1 000 ans de plus. 3 200 ans, un âge qui mérite franchement le respect. Malgré leur âge vénérable, les séquoias, qui font partie des plus vieux organismes vivants au monde, ne meurent pas de vieillesse. Généralement, leur mort est tout simplement due à leur chute !

Tous les séquoias âgés ont connu de nombreux incendies de forêts. Sur quasiment tous les grands séquoias on en voit les traces. L'écorce des séquoias les protège du feu, sauf des flammes les plus chaudes. Certains arbres très endommagés par le feu continuent malgré tout de vivre, à condition qu'ils aient suffisamment d'écorce intacte.

Avec en moyenne un incendie naturel tous les 5 à 15 ans dans un secteur donné, imaginez le nombre de feux qu'un séquoia plus que millénaire a pu endurer.

Longtemps dans les parcs de Sequoia et de Kings Canyon, comme partout ailleurs, on a combattu les feux de forêt en pensant qu'ils n'engendraient que destructions et désolation. Les incendies naturels causés par les orages ont également été bannis. Avec le temps des conséquences inattendues sont apparues. La suppression des feux de forêt a entraîné le blocage de processus naturels qui ont engendré d'importants problèmes.

La conséquence la plus visible était que les séquoias ne se reproduisaient plus. On s'est rendu compte que le feu créait les conditions dont les séquoias ont besoin pour se régénérer. Les feux laissent derrière eux un sol fertilisé avec de la cendre, et ils ouvrent la canopée ce qui permet à la lumière du soleil d'atteindre les jeunes pousses. Le feu est également quasiment indispensable au processus de germination des séquoias car avec les écureuils, c'est lui qui « ouvre » les pommes de pin et permet ainsi aux graines d'avoir une chance de donner la vie.

Autre problème, l'accumulation de bois mort et la croissance d'une végétation de petite taille ont augmenté dans des proportions considérables. Sans feu pour les faire disparaître, ces éléments vont devenir de gigantesques réservoirs de combustibles qui transformeront le plus petit des incendies en un véritable déluge de feu beaucoup plus dangereux pour la flore, la faune et les êtres humains, qu'un incendie naturel « classique ».

La suppression des feux de forêt a également modifié profondément la nature même des forêts. Elles se sont retrouvées constituées quasiment uniquement d'arbres matures. Les forêts sont devenues « vieillissantes », alors qu'une forêt saine devrait abriter des arbres de tous âges. En parallèle, les espèces végétales et animales qui vivent dans les jeunes forêts disparaissent.

Aujourd'hui les parcs nationaux, après avoir étudié les effets des incendies, les utilisent comme un outil de gestion des forêts afin de faire profiter ces dernières des bénéfices apportés par le feu. Ainsi, des feux contrôlés sont initiés par les services des parcs nationaux et certains feux naturels ne sont pas combattus.

En fin d'après-midi les nuages disparaissent et nous pouvons enfin faire quelques photos avec un vrai ciel bleu.





Un peu avant de terminer notre dernière randonnée, coup de chance, Michèle aperçoit deux ours noirs qui déambulent tranquillement à une cinquantaine de mètres de nous. Après une petite dispute pour une banale histoire de nourriture, le plus petit des deux ours prend la fuite. Son compère reste près d'un quart d'heure à nos côtés à chercher de quoi manger dans les environs.






Sur cette série de photos où « nounours » est en train de manger, on voit clairement ses griffes. Facile de comprendre pourquoi les ours sont si dangereux ! Il y a d’ailleurs des morts tous les ans. Les plus dangereux des ours sont les femelles lorsque qu’elles sont avec un ou plusieurs petits. Une règle d’or à respecter, en plus de la distance de sécurité, ne jamais être placé entre une mère et son petit.







Nous qui étions persuadés de rentrer en France sans avoir vu d'ours, nous sommes comblés. La nature nous a fait un beau cadeau ce soir !



distance randonnée(s) de la journée = 16 km   /   distance randonnées cumulée = 480,5 km