Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




18 septembre 2014

SF : Golden Gate Park-quartier Haight Ashbury-parc Alamo Square (J1)

Vendredi 12 septembre :

Aujourd'hui c'est la première de nos quatre journées consacrées à la visite de San Francisco. Nous sommes déjà venus dans cette ville en 2000 mais nous n'y étions pas restés longtemps et à l'époque nous n'avions visité que l'hyper centre-ville. Cette fois nous nous focaliserons donc un peu plus sur les quartiers périphériques, mais nous irons tout de même faire quelques incontournables que nous avons visités il y a maintenant près de quinze ans.

Cette journée est entièrement inédite pour nous. Après nous être procuré des pass pour les transports en commun nous faisons un premier tour en cable-car, un moyen de transport en service depuis 1870. Ce tramway est l’un des symboles les plus célèbres de San Francisco. Il n’y a pas de moteur à l’intérieur des cable-cars. Ils sont tractés le long des rails par des câbles en mouvement. C’est le dernier système de tramway de la sorte qui subsiste dans le monde. Pour avancer et grimper les collines, chaque voiture s’accroche à l’aide d’une pince à un câble d’acier sans fin, défilant à une vitesse constante (15 km/h) dans une gorge aménagée dans le sol entre les rails. Pour s’arrêter, le chauffeur n’a qu’à lâcher prise sur le câble. Dans les descentes, il se laisse glisser en roue libre, ne se servant plus que du frein à main (certaines des pentes peuvent atteindre jusqu’à 21% de déclivité).




Les cable-cars achèvent leurs parcours sur une plate-forme tournante et pour repartir en sens inverse ils doivent être réorientés à la force des bras des chauffeurs.


Nous partons pour le Golden Gate Park, un immense parc aux dimensions impressionnantes : 400 hectares (5 kilomètres de long pour 800 mètres de large). Ce parc, situé au cœur de San Francisco, est un véritable poumon vert pour la ville et un havre de paix au milieu de la vie trépidante de la cité. On y trouve de nombreux jardins et musées. Pour nous la première partie de la journée sera consacrée aux jardins, avec le jardin japonais, le jardin botanique, le conservatoire des fleurs et le jardin des dahlias.

Le jardin japonais est l’une des attractions les plus prisées du parc. Nous avons particulièrement apprécié ce havre hors du temps et hors du monde alliant jardins, bassins et architecture de style japonais dans une atmosphère de sérénité et de quiétude.







Le jardin botanique, qui couvre près de 28 ha de terrain vallonné, présente une exceptionnelle collection botanique qui comprend plus de 8 000 espèces de plantes du monde entier. Les températures douces observées toute l’année dans la baie, les hivers humides et les étés chauds, associés au fameux brouillard côtier de San Francisco, assurent une  gamme de conditions climatiques très rarement réunie en un même lieu. Ce sont ces conditions uniques qui permettent de présenter des plantes du monde entier dans cet immense jardin.



Parmi les nombreuses zones du jardin botanique, celle qui nous a le plus intéressés est le jardin des plantes succulentes.







Direction le conservatoire des fleurs où, dans une serre blanche de style victorien en bois et en verre, nous nous promenons dans un jardin tropical. L’atmosphère très humide et surchauffée qui règne à l’intérieur de ce bâtiment datant de 1876 nous permet de découvrir deux collections exceptionnelles : des orchidées d’une beauté et d’une diversité incroyable …










… et des plantes carnivores étonnantes.






Juste à côté du conservatoire des fleurs, le jardin des dahlias est un véritable festival des couleurs. C’est l’époque idéale pour le visiter.








Même si nous ne frisons pas encore l'overdose de jardins, il est temps de quitter le Golden Gate Park pour rejoindre le quartier de Haight Ashbury, un quartier mythique de San Francisco où ont germé de très nombreux mouvements culturels, comme ceux des hippies, des skinheads et les raves. Même si le quartier a bien changé, il conserve une atmosphère particulière dans sa rue principale où le renouveau du mouvement hippie donne un nouvel essor et attire idéalistes, « illuminés » et marginaux.








Mais dès que l’on quitte la rue principale, le quartier change du tout au tout. Fini les excentricités et l’agitation, on pénètre dans un tranquille quartier résidentiel huppé qui possède de très belles demeures victoriennes ayant survécu au tremblement de terre de 1906 et aux gigantesques incendies qui ont suivis.












Nous finissons notre journée au parc de Alamo square, un charmant parc haut perché où l’on retrouve l’alignement de maisons victoriennes le plus célèbre de la ville, les fameuses Painted Ladies.